Sur quels critères choisir un bon courtier en prêt immobilier ?

De nombreux Français font désormais appel à un courtier en prêt immobilier pour souscrire leur emprunt immobilier. Ce professionnel du crédit négocie auprès des banques afin d’obtenir une offre adaptée aux capacités de financement du client. Les enseignes de courtage ne cessent aujourd’hui de se multiplier. Quels sont alors les critères à prendre en compte pour choisir un bon courtier en immobilier ?

Courtier en prêt immobilier
Courtier en prêt immobilier

Le statut d’IOBSP

L’exercice de l’activité de courtage est soumis au statut légal d’IOBSP (Intermédiaire en Opérations de Banque et en Services de Paiement). Cette réglementation vise principalement à protéger les clients. En effet, l’obtention du statut d’IOBSP requiert la validation d’une formation professionnelle ainsi que la constitution d’une garantie financière.

L’immatriculation auprès de l’ORIAS

Le statut d’IOBSP impose une inscription annuelle au registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, tenu par l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance). Cette procédure de recensement permet de vérifier les conditions d’exercice de la profession et d’éviter tout risque de fraude.

La qualité des prestations

Le contenu des services et le degré d’accompagnement varient en fonction des courtiers. Outre la recherche et la négociation des conditions de crédit auprès des banques, certains professionnels assurent une prise en charge complète des formalités administratives jusqu’à la finalisation de l’opération.

L’étendue du réseau

L’importance du réseau représente un critère déterminant dans le choix d’un courtier en immobilier. Il constitue notamment un indicateur du potentiel de négociation de l’enseigne de courtage. Il convient ainsi de vérifier le nombre d’agences et de partenaires bancaires présents au sein du réseau.

Les conditions tarifaires

Certains courtiers en immobilier sont directement rétribués par les banques qui leur versent un pourcentage des sommes empruntées. Cela leur permet de proposer des prestations gratuites via des sites internet ou en agence. Leur mission se limite alors à une mise en relation avec les organismes financiers. Dans les autres cas, les honoraires sont librement fixés par le courtier et s’élèvent en moyenne à 1 % du montant total du crédit.